Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 16:22

On connait bien les conséquences négatives d'un stress trop important, tant sur le plan physique que psychologique. 

Une étude américaine souligne l'impact du stress sur le contrôle attentionnel. 

stresses.jpg

Cette étude a comparé deux groupes d'étudiants. Les deux groupes avaient le même âge, le même nombre d'années d'études, les mêmes habitudes alimentaires et de sommeil. Leur différence venait du fait que l'un des groupes était sous forte pression d'examen décisif pour la suite de leurs études.

On a donc, pour cette expérience, un groupe A : étudiants sous pression d'examen décisif et un groupe B sans pression d'examen. Les psychologues ont proposé aux deux groupes d'effectuer des tâches cognitives avant d'examiner leur activité cérébrale. Ils ont constaté que les étudiants du groupe A étaient facilement distraits et plus les individus se disaient stressés, plus leur distraction était présente. En analysant leur cerveau au scanner IRMf, les chercheurs se sont aperçus qu'il y avait chez ce groupe d'étudiants stressés, une nette réduction de la coopération des différentes parties du cerveau qui travaillent habituellement ensemble pour soutenir la réflexion et le raisonnement. La réduction était très nette au niveau du cortex préfrontal. 

Or ce cortex préfrontal a parmi ses nombreuses fonctions, celle de mémoire de travail. La mémoire de travail est comme un bloc-notes mental flexible qui aide à garder les informations et à les trier. 

Les psychologues ont repris le groupe A, une fois leur examen passé. Ils ont alors constaté que les activités cérébrales étaient très comparables à celles qui avaient été enregistré pour le groupe B, lors de l'expérience. La réduction du contrôle attention n'est pas réversible. 

Cette expérience est intéressante parce qu'elle permet de comprendre que le fait d'être sous pression modifie les différentes régions du cerveau et leur façon de communiquer entre elles. Quand une zone cesse de communiquer avec les autres, les conséquences peuvent être désastreuses sur notre réflexion et nos capacités de raisonnement. 

On peut en conclure deux choses, sous forme de conseils : 

1. En période de stress intense, quand la pression extérieure est très forte, il faut relativiser à l'extrême, minimiser l'impact, se revaloriser en se remémorant toutes les réussites passées. 

2. En période de stress intense, on peut tenir un journal intime pour raconter toutes nos préoccupations. Ce travail permet de stimuler la mémoire de travail et le fait de coucher sur le papier tous ses soucis est comme les déposer hors de soi. 

Ces conseils peuvent paraitre simples, mais ils peuvent permettre de faire diminuer la pression et de gagner en performances le jour de la grande épreuve qui stresse tant. 

Partager cet article

Repost 0
Mary Gohin - dans Stress

Présentation

Mary Gohin

Psychologue, Hypnothérapeute

 

25 rue du Brûlet, Sainte Foy lès Lyon 69110

(lundi, vendredi et samedi)

ou

Route de Dième, Valsonne 69170

(mardi, mercredi et jeudi)

ou

par Webcam (Skype, Gmail ou Facetime)

 

04 74 05 13 79

06 42 68 63 83

Contact

Site

Recherche

Renseignements

Thérapie individuelle ou thérapie de couple

TCC

Hypnose

Psychogénéalogie

 

Catégories