Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 08:35

Après une rupture de relation amoureuse, il peut arriver que l'on soit obséder par l'image de l'ex, que l'on soit désespéré et que l'on ne parvienne pas à "passer à autre chose". Comme si le présent ne pouvait pas exister, qu'il n'était même pas question d'avenir et qu'on était bloqué sur le passé.

L'obsession peut s'effacer progressivement. Mais chez certaines personnes, l'obsession s'approfondit et cela conduit à un désastre moral.

L'obsession a comme complément la contrainte. C'est à dire que pour soulager le stress engendré par l'obsession, nous adoptons un comportement compulsif. Le comportement compulsif peut être simplement de se dépenser intensément intellectuellement ou physiquement, mais il peut être malsain, comme celui de ruminer sans arrêt ou de se tourner vers la boisson, la drogue ou la nourriture.

Après une séparation, quel que soit le nombre de mois, d'années qu'a duré la relation amoureuse, il faut faire son deuil.

Faire son deuil c'est accepter que le passé reste dans le passé, c'est accepter de ranger l'expérience sur les étagères de ses souvenirs.

 

Voici donc quelques conseils pour faire le deuil d'une relation et ne plus penser à l'ex.

Pleurer

La perte d'une relation rend triste, très triste. Il est donc normal d'exprimer cette tristesse. On ne peut pas balayer les émotions douloureuses et les mettre sous le tapis. Il faut les regarder en face, les prendre en compte et accepter qu'elles soient là, sans avoir à vous juger vous-même. Bien sûr il y a des gens qui pleurent facilement et d'autres qui ne pleurent que très rarement. Mais pleurer est "l'extériorité" de la tristesse. C'est un lâcher prise.

Cependant ne vous engluez pas dans cette émotion. Donnez-vous un temps pour pleurer. Une semaine, deux, mais pas plus. Si cela s'éternise, n'hésitez pas à aller voir un professionnel, médecin ou psychologue.

Parler à quelqu'un

Il est parfois utile de parler de ce qui nous pèse à quelqu'un en qui on a confiance. Cela peut être un ami ou un thérapeute. La parole permet d'externaliser une souffrance et d'offrir un espace psychique. Parfois, j'utilise l'hypnose pour que la personne puisse aller parler au partenaire inaccessible. Cette conversation imaginaire permet de parler à travers tous les sentiments, sensations et émotions sans être réellement en contact avec l'autre.

Laisser s'exprimer la colère

Face à la réalité de la perte, la colère survient souvent. C'est une des étapes du deuil. Dans la séparation, il y a une blessure de l'ego et la colère permet de détourner cette blessure vers l'extérieur. La colère peut produire des idées récurrentes négatives qui peuvent devenir obsessionnelles. Il est nécessaire alors de cesser de ruminer.

Laissez ces idées venir et prenez conscience de ce qu'elles expriment. Pourquoi avez-vous cette pensée ? Est-elle vraiment juste et vraie ? Comment pourrait-on voir l'idée différemment ? Plus vous allez prendre conscience de vos idées, plus il sera possible (pas forcément facile) de les écarter.

Soyez honnête avec vous même

Très souvent on idéalise la relation dans une rupture. On se souvient de tout ce qui était bien et on rejette la responsabilité sur l'autre, celui qui nous a fait si mal.

Mais les erreurs de la relation ne peuvent être imputables qu'un seul partenaire. Il faut être au moins deux pour faire une relation et le comportement de l'un entraîne le comportement de l'autre. Mais quel est le premier comportement qui a entraîné le second ?

Vous avez certainement un rôle dans cette séparation. Comprendre ce rôle vous permettra peut-être de ne pas répéter l'erreur dans une autre relation.

Évitez tous les contacts avec l'autre

C'est très difficile de rester ami avec l'ex. Très difficile parce que très souvent déséquilibré parce qu'on peut garder l'espoir de... alors que l'autre a tourné la page et n'attend rien de la relation amicale.

Pour cela, il faut supprimer le numéro de téléphone, le supprimer de vos amis des réseaux sociaux, établir une règle de messagerie pour ne plus voir arrivez les éventuels courriels et ne demandez pas des nouvelles de lui auprès de vos amis communs.

Si vraiment vous avez dans l'idée de rester ami avec lui (elle), alors conserver quelque part un contact pour que vous ne l'ayez pas sous les yeux facilement. Mais il faudra attendre que le temps passe et panse les plaies, que vous soyez sûr de ne plus penser à lui (à elle) en terme de partenaire mais bien en tant qu'ami et que vous soyez sûr que l'autre partage ces mêmes idées.

De plus, si vous recommencez une nouvelle relation, il est possible que votre nouveau partenaire n'apprécie pas que vous restiez en contact avec l'ex. Et s'il n'apprécie pas, il est vraiment conseillé de ne pas insister au risque de faire clapoter la nouvelle relation.

Supprimez le plus de souvenirs matériels possibles

C'est parfois indispensable de se séparer des objets et des photos qui rappellent l'autre. C'est le cas par exemple s'il vous a offert une montre et que chaque fois que vous regardez l'heure, la pensée de la séparation vous fait souffrir. Cela peut être simplement une photo qui vous fait soupirer de nostalgie quand vous passez devant.

Débarrassez-vous des photos ou cachez les.

Modifiez le plus possible votre logement si vous êtes resté dans le même.

Il faut réapprendre à vivre et le plus important est de retrouver la joie de vivre et de se sentir vivant et en faisant cela, vous apprenez à vous réapproprier votre espace.

Changez d'habitude

Les habitudes de comportements sont liées à des habitudes de pensées. Si, en prenant votre petit déjeuner, vous ne pouvez cesser de penser à l'autre, alors modifiez cette habitude et créez de nouvelles pensées.

Pourquoi ne pas commencer un nouveau sport, une nouvelle activité ?

Adoptez le plus possible des habitudes saines concernant la nourriture et le sommeil surtout. Une bonne hygiène de vie vous aidera à prendre soin de vous et en prenant soin de vous, vous pourriez retrouver votre positivité et abandonner le stress de la rupture.

Soyez social

Comptez sur vos amis et n'hésitez pas à sortir avec eux.

Cela vous permettra de vous concentrer sur autre chose que votre séparation. Vous pourrez rencontrer de nouvelles personnes qui ne vous connaissaient pas avec l'autre.

Pensez à vous

Essayez de profiter de la vie.

Et si vous aviez des projets avec l'autre, essayez d'avoir les vôtres. Des projets personnels pour regarder l'avenir.

 

Avec ces conseils (tous ou quelques-uns), vous allez cesser de penser à l'autre assez rapidement. Non seulement, vous penserez à l'autre sans douleur, mais vous vous sentirez bien en sachant que vous l'avez fait de façon saine.

Vous n'avez pas besoin de vivre dans le passé, ou de rêver de ce qui aurait pu être. 

Et quand vous serez prêt, sans peut être le savoir, vous allez rencontrer un nouvel amour !

 

Pour faire un commentaire, lisez cet article sur mon nouveau blog ou cliquez ici

 

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 15:41

Dans une relation amoureuse, les différences d'opinion, de goût et d'envies peuvent devenir sources de conflits. Or, souvent, on ne parvient pas à faire la distinction entre le compromis et la concession, si bien que résoudre un conflit peut faire peur aux couples. 

Compromis.jpg

Définir compromis et concession 

Une concession est un arrangement négatif car celui qui fait une concession, laisse tomber une de ses idées, une de ses préférences et met de côté une partie de son être. 

Exemple : 

Justin : Samedi on va manger chez mes parents, d'accord ? 

Amélie : Pas trop envie. Tu sais que l'on avait prévu d'aller faire un tour à ... pour acheter le papier peint. 

Justin : On le fera samedi prochain. 

Un compromis est un accord et une coopération, un respect de soi et de l'autre. il résout un problème de désaccord sans qu'aucun n'ait l'impression de ne pas avoir été écouté. 

Exemple : 

Horace : Samedi, si tu es d'accord, j'aimerais aller manger chez mes parents. 

Sybille : Ça m'ennuie un peu. On avait prévu d'aller faire un tour à ... pour acheter le papier peint. 

Horace : Ah, zut, j'avais oublié. Comment on pourrait faire ? 

Sybille : On peut peut être faire les deux. Si on discute avant du type de papier peint que l'on veut et qu'on calcule le nombre de rouleaux avant, ça ira plus vite en magasin. 

Horace - Oui tout à fait. Et ce n'est pas très grave si on reste moins longtemps chez mes parents. 

Avantage et inconvénient de la concession 

L'avantage est de ne pas "faire de vagues", de ne pas entrer en conflit avec l'autre, de ne pas se heurter. On ne discute pas. On admet l'idée de l'autre et on la fait sienne... contraint et forcé. 

L'inconvénient est que la concession est justement le fait d'avoir concéder quelque chose à l'autre. L'un gagne, l'autre perd. L'importance de l'un a été écouté. L'importance de l'autre a été balayée. Faire cela une fois dans la vie de couple, ne portera pas  à conséquences (et encore, cela dépend du sujet de la concession). Mais le faire de temps en temps, souvent ou même toujours, c'est s'assurer qu'un jour le fossé entre les deux partenaires sera si grand que la communication sera bloquée. Celui qui fait des concesssions entassent sous le tapis toutes ses idées. Pour une raison ou pour une autre, ce que l'on a mis sur le tapis redeviendra visible et rien ne sera plus "tolérable". Autrement dit, toutes les concessions reviennent en boomerang. 

Avantage et inconvénient du compromis 

L'avantage est le respect de l'autre comme le respect de soi. Les deux "je" sont pris en considération. Le "nous" peut exister. 

"Je ne suis pas d'accord avec toi, mais j'écoute ton idée parce que je t'aime et te respecte."

L'inconvénient est qu'il faut mettre en sourdine ses arguments pour pouvoir écouter l'autre. Si chaque partenaire y parvient alors chacun est écouté puisqu'on écoute l'autre.

Il faut surtout ne pas avoir peur de dire ce que l'on pense, même si on sait que les idées vont se heurter. 

Construire un compromis 

Dans l'exemple que j'ai donné plus haut, les deux partenaires connaissent l'importance de l'autre.

Pour Horace, l'importance est d'aller manger chez ses parents. Il sait également que pour Sybille, cette histoire de papier peint est importante parce qu'elle a envie que ce problème soit résolu au plus vite. 

Pour Sybile, l'importance est de terminer le projet papier peint. Elle sait que pour Horace, l'important est d'aller voir ses parents, sans quand la durée soit réellement importante. 

Ils le savent parce que régulièrement, ils ont pris l'habitude de s'écouter. Ils ont pris l'habitude de ne pas penser à la place de l'autre, donc de faire continuellement connaissance de l'autre.

Mais pour s'écouter il faut pouvoir se mettre face à face et avoir le volonté de discuter sans entrer de plein fouet dans un conflit fermé. Il faut "ouvrir le problème". 

Imaginons le même problème entre Horace et Sybille, mais imaginons ce dialogue avant qu'ils se soient véritablement écoutés.

Horace : Samedi on va manger chez mes parents, d'accord ? 

Sybille : C'est pas possible. On doit aller chercher le papier peint. 

Sybille n'a pas écouté. Horace a envie d'aller manger chez ses parents. En disant "ce n'est pas possible", elle rejette toute solution. 

Horace : C'est pas grave. On peut y aller un autre jour. 

Horace n'a pas écouté. En disant "ce n'est pas grave", il rejette l'importance de cet achat pour Sybile. 

Comme ils apprennent à s'écouter, ils vont stopper le conflit et prendre connaissance de ce que dit l'autre. 

Sybille : Pourquoi tu veux aller manger chez tes parents ? 

Horace : J'ai l'impression que cela fait longtemps qu'on n'y est pas allés et j'ai envie qu'ils voient les enfants. 

Sybille : Pourquoi ? 

Sybille pose ce "pourquoi" parce qu'elle n'a pas compris où était l'importance pour Horace. Elle a besoin de plus d'expression de soi de la part d'Horace. 

Horace : Je crois que je suis fier de mes enfants et cela me fait plaisir de partager cette fierté avec eux. Et toi, pourquoi cette histoire de papier peint à acheter de toute urgence samedi ? 

Sybille : Moi, j'en ai un peu marre de cette rénovation de chambre. Ça traine un peu et j'ai envie que ça avance pour que ce soit terminé rapidement. J'ai envie de passer à autre chose, de me préoccuper d'autre chose. 

Chacun a écouté l'importance de l'autre en posant des questions. Pourquoi tu veux ça ? Qu'est ce que ça t'apporte d'avoir ça ? Le conflit n'est pas obligatoirement tourné vers la dispute. Il y a une ouverture possible sur les deux idées. 

La solution est alors évoquée par l'un ou l'autre : 

On peut faire les deux. Se débrouiller pour choisir rapidement le papier peint en préparant l'achat. Ne pas prévoir un temps trop long chez les parents. 

Compromis2.jpg

Règles du compromis 

1. Prendre le temps de s'assoir avec la volonté de comprendre

2. Respecter l'idée de l'autre puisqu'on l'aime. 

3. Poser des questions pour faire complètement connaissance de l'idée de l'autre. 

4. Détecter l'importance de l'autre et la respecter. 

5. Proposer une solution en accord avec ces deux importances. 

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 10:30

En plus des concepts indispensables de "complicité" et de "respect", je répète souvent aux couples qui me consultent d'être le plus humble possible face à l'autre.

Je voudrais alors apporter des précisions concernant ce sentiment d'humilité en parlant du coportement que cela suppose.

Qu'est-ce que l'humilité ?

L'humilité est un concept très subtil. On pourrait dire en premier lieu que c'est une vertu mal abordée puisque souvent sous entendue comme une faiblesse et une manque d'estime de soi.

Or, rien n'est plus faux.

L'humilité, en premier lieu est pressentie comme une vertu spirituelle, comme celle décrite par le bouddhisme en tant qu'état permettant le voyage vers l'illumination. Un état qui fait peu de cas de l'ego, qui permet l'ouverture au monde et une conscience de l'interconnexion entre tous les êtres.

La définition qui m'intéresse ici est plus celle décrite par les psycho-sociaux qui voient l'humilité comme une orientation (un comportement) composée d'un sentiment d'autonomie émotionnelle et d'un contrôle du réflexe compétitif.

1. Une autonomie émotionnelle

L'autonomie émotionnelle est l'une des trois type d'autonomie qu'acquiert l'adolescent en se détachant de la dépendance affective de ses parents.

Dans un couple, l'autonomie émotionnelle permet d'affirmer son "je" et de le considérer indépendant de l'autre "je".

Quand on est autonome émotionnellement, on a la capacité de faire ses choix sans dépendre de la culpabilité, de la honte ou de la peur de faire mal. On reconnait aussi l'autonomie émotionnelle de l'autre en permettant lui permettant de l'exprimer.

Lors d'un conflit, on exprime alors son opinion, sa position face à la demande, avec clarté et précision puisqu'on n'est pas encombré par un sentiment de peur de la réponse de l'autre, peur qui entrave notre liberté et la liberté de réaction de l'autre. Si cette autonomie est pensée avec respect de l'autre, elle est constructive.

Imaginons que mon conjoint me demande de faire le repas. Imaginons que je n'ai pas envie de le faire. 

Dans le cas où je ne suis pas assez autonome émotionnellement, je vais penser qu'il va penser que je suis méchante si je dis non et que cela peut engendrer un conflit dans lequel je n'ai pas envie d'entrer. Je vais donc le faire et, il y a de fortes chances, que je marque mon refus silencieux par un comportement plus agressif. Mon conjoint risque de penser exactement ce que je redoutais qu'il pense.

Si je suis humble, dans le sens défini par les psycho-sociaux, je suis alors autonome émotionnellement. Mais je respecte l'autre tout autant que je respecte mes choix. Je vais alors lui dire que je n'ai pas envie ce soir, que bien sûr, s'il insiste je le ferai mais que je préfère par exemple le faire demain. Mon conjoint va peut être faire remarquer que j'exagère et qu'il ne comprend pas. C'est le début d'une discussion qui, parce que chacun exprime ce qu'il pense, ne pourra que renforcer la complicité.

2. Un contrôle du réflexe compétitif

Pour les psycho-sociaux, ce réflexe est une impulsion préconsciente, viscérale à opposer ou surpasser les autres ou à auto-réagir aux menaces perçues envers son ego.

Cela implique une expérience de croissance dans laquelle on ne se place ni au-dessus des autres, ni en-dessous. C'est considérer l'autre, tout aussi important que soi, ni plus ni moins.

Dans un couple, cette vertu se définirait comme un ensemble de comportements qui présuppose que ce que dit l'autre est important pour lui puisqu'il le dit, tout aussi important que ce que je dis moi. 

Cela suppose également que l'on n'a pas un meilleur avis, pas une meilleure suggestion, pas une meilleure solution à proposer à l'autre. On a juste un avis propre, une suggestion différente, une autre solution.

 

Le sentiment d'humilité appuyé par ceux de complicité et de respect est un ensemble de comportements qui permet de donner à l'autre le sentiment d'être apprécié, reconnu,

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 12:33

Semblable à la confiance, le respect est une valeur de base, fondamentale à toute relation de couple. Il permet de bâtir tous les jours une relation solide.

Ce respect doit être un respect mutuel, un respect vis à vis de soi et un respect vis à vis de l'autre. Autrement dit, il est important de se respecter et de respecter. 

 

     Chien-et-chat.jpg

 

Se respecter 

Comprendre votre valeur

Avoir une bonne estime de soi ce n'est pas penser que l'on est mieux que les autres, mais simplement penser sincèrement que nous avons une vraie dignité humaine, au même titre que les autres en ont une. Si vous pensez cela, les autres reconnaitront votre valeur et par interaction vous reconnaîtrez et respecterez celle des autres. 

Dans un couple, c'est la même chose. Pensez que l'on est un "je" permet de reconnaitre le "je" de l'autre. Et si chaque "je" prend sa place et la donne à l'autre, alors le "nous" est équilibré et a une valeur propre aux yeux du couple et des autres. 

Dire ce que l'on pense    

Il ne faut jamais avoir "peur" de dire ce que l'on pense, à partir du moment où l'on ne parle pas sous accès de colère. C'est bien se respecter que de dire ce que l'on pense. 

Parfois dans un couple, les systèmes de valeurs de chacun sont très proches. Les deux partenaires s'entendent parfaitement sur la même définition de la famille, du budget, de l'éducation, des loisirs, de la sexualité. Chacun exprime presque la pensée de l'autre. Dans ce cas, assez rare, les conflits de pensées ne sont pas fréquents. 

Mais dans un couple, il arrive plus souvent que chacun ait des pensées, des croyances, des opinions différentes et surtout des besoins différents. Il faut alors chercher l'équilibre et cet équilibre ne peut se trouver que dans le dialogue, dans l'ouverture de soi.     

Savoir dire non 

Nous avons tous des valeurs, tous des besoins. Et chaque valeur et chaque besoin a une limite, la limite au-delà de laquelle, le besoin est écrasé, la valeur est bafouée. Dans un couple, il ne suffit pas d'exprimer ses besoins. Il faut aussi savoir dire ses limites et donc dire non. 

Nous pouvons dire non en respectant l'autre, c'est à dire en lui laissant la porte ouverte. 

"Ça te dit un petit restau, ce soir ?"

" Pas vraiment ce soir. J'ai beaucoup trop d'idées en tête et je ne serai pas très dispo. Demain ou après demain, ça ne te dérange pas ? "

" Parfait, on dit demain, alors". 

 

Respecter l'autre 

Choisir ses mots avec soin 

Quand nous sommes en colère, nous avons une sacrée tendance à utiliser des mots forts, et les mots forts sont souvent des mots qui blessent. Comme nous sommes blessés, nous avons envie de blesser.

Alors, avant de faire mal, il faut tenter de prendre du recul. Comme ce n'est pas facile, puisque nous avons mal, il est nécessaire de simplement dire

"Je suis en colère, je te parlerai tout à l'heure".

Cela permet de rassurer l'autre pendant que nous prenons le temps de vraiment comprendre ce que nous avons à dire afin de trouver les mots les plus justes possibles, ceux qui expriment ce que nous ressentons et non ceux qui vont blesser l'autre. 

Soutenir son partenaire

Le premier soutien concerne la reconnaissance des actes et des actions de l'autre. Or, souvent nous passons à côté de cette reconnaissance de l'autre, sous prétexte que nous pensons que ce que fait l'autre pour le couple est "normal" et que tout acte ou toute action ne mérite pas notre attention. 

C'est vrai en partie. Inutile de remercier chaque fois que l'autre sort l'aspirateur parce que c'est fréquent et que ce n'est pas une contribution qui déplaît. Mais n'oublions pas de remarquer le geste simple mais peu fréquent que l'autre a eu l'idée de faire. 

Autrement dit, il faut préférer dire "Oh, merci ! Tu as sorti les poubelles ! C'est sympa d'y avoir pensé" plutôt que de ne rien dire ou de dire "Ah, merci ! Pour une fois tu as pensé à sortir les poubelles, depuis le temps que je te le demande"

Le second soutien est le fait de rassurer et d'encourager l'autre. Cela suppose aussi de savoir demander le soutien que l'on souhaite. 

Imaginons que l'un rencontre de réelles difficultés professionnelles. Chaque soir, cette personne, en rentrant du travail aura tendance à exprimer toute sa colère et sa tristesse. Il est nécessaire alors de définir le soutien que l'on souhaite, pour soi ou pour l'autre. Certains auront juste besoin d'une oreille, sans conseils. D'autres auront besoin d'une oreille et de conseils. Il faut rechercher ce que l'on veut et l'exprimer. Il faut poser le problème sur la table pour savoir la pensée de l'autre. 

Faire des compromis et non des concessions

Un compromis respecte l'un et l'autre. La concession ne respecte pas celui qui la fait, ni celui qui la demande. Un compromis est basé sur le respect de l'importance de l'autre. 

Imaginons que l'un des partenaires n'aime pas les réunions de famille, surtout celles de l'autre. Imaginons que l'autre soit invité justement à un mariage qui permettrait de revoir un nombre conséquent de sa famille. La concession serait, pour l'un, celui qui n'aime pas les réunions de famille, d'accepter sans en discuter, cette invitation. La concession serait, pour l'autre, celui qui a envie de revoir un grand nombre des membres de sa famille, de renoncer à y aller. 

Mais imaginons que ce couple ait envie d'en discuter et de connaitre ce qui est important pour l'autre, de façon à faire un compromis et non une concession. 

Celui qui a envie d'y aller va expliquer à l'autre que c'est une occasion unique de revoir tel ou tel membre de sa famille qu'il a peu l'occasion de voir. 

Celui qui n'a pas envie d'y aller va expliquer que ça l'ennuie prodigieusement de se retrouver au milieu de gens qu'il ne connait pas. Mais que ce qui est important pour lui est de profiter des week end pour se retrouver avec l'autre. 

Comme le mariage annoncé est à 500 km de chez eux, ils décident de s'y rendre en prenant le week end entier et en s'installant dans un hôtel pour 3 nuits pas trop loin de l'endroit. Cela permettra au couple de passer un week end découverte et d'aller quelques heures au mariage ensemble. Ils discuteront ensuite des attentes de chacun sur le comportement de l'autre, afin de prioriser le respect. 

Admettre ses torts

C'est sans doute ce qu'il y a de plus difficile dans une relation de couple : admettre que l'on a pu se tromper, que l'on a fait une erreur et s'en excuser. 

Mais c'est tellement valorisant pour sa propre estime et pour l'estime de l'autre, que nous ne devons pas passer à côté de cet aveu. 

Protéger son couple

Face aux autres, quel que soit ces autres, un couple est un couple, un "nous" qui doit du respect à chacun des deux "je". 

Si l'un des deux adopte une attitude que l'autre n'aime pas, ce n'est pas devant les autres que nous devons réagir, mais dans l'intimité.

De la même façon, si l'un a une phrase qui blesse l'autre, ce n'est pas devant les autres que l'autre doit revenir dessus, mais dans l'intimité. 

Il n'y a rien de plus difficile à entendre non seulement pour l'autre mais aussi pour ceux qui ne sont pas dans le couple, que ce genre de remarque, lancée en forme de sentence par l'un des partenaires à l'autre : "Mais tu dis n'importe quoi !" 

Écouter l'autre 

Dans un conflit, une discussion sensible, la base d'une bonne communication n'est pas l'argumentation, mais l'écoute. Écouter, c'est prendre en considération la valeur de l'autre. Écouter entraîne l'écoute de l'autre et permet la mise en place de compromis. 

Repost 1
Mary Gohin - dans Couples
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 13:44

Tout le monde parle des résolutions du Nouvel An en terme personnel comme "je vais arrêter de fumer", "je vais perdre du poids" "je vais faire du sport". Mais les résolutions pourraient être envisagées non pas en changeant ses habitudes, mais en améliorant la vie de tous les jours. Et si vous êtes en couple, il y a probablement des choses que vous pouvez travailler pour être encore plus heureux ensemble.

 

         

 

Voici donc une petite liste d'habitudes à modifier

1. Honorer l'amour qui vous a rassemblé

Il est essentiel que vous ne cessiez de considérer votre partenaire comme votre amant, celui pour lequel vous avez du désir. Or, la vie que nous menons avec le travail et les enfants, nous empêchent de prendre le temps de simplement savourer ce désir qui monte. Perdre les moments "romantiques" peut nuire à une relation amoureuse. C'est pourquoi, vous pourriez prendre la résolution de mettre en place de simples moments où vous ne partagez que vous même, avec rien entre vous pour ressentir cette intimité psychologique qui mène à l'intimité physique.

2. Être le meilleur ami de votre partenaire

Dans un couple, chaque partenaire joue plusieurs rôles et plus vous multipliez ces rôles, meilleure sera votre relation. Or, le rôle d'ami est un de ceux qu'il faut préserver. Nous avons besoin de recevoir, face au monde qui nous écrase parfois, une écoute bienveillante et attentive, un gros baiser, une étreinte chaleureuse ... un ami qui vous aime comme vous êtes. Un bon partenaire devrait être un bon ami, celui qui soutient en prenant le temps d'être présent et d'écouter toute votre tristesse, votre colère, votre joie. Essayez en bonne résolution d'apprécier ces moments où l'autre a plus besoin de vous que vous de lui.

3. Accepter de se retirer du conflit

Certaines discussions de couple se heurtent en opinions divergentes et il est facile alors de s'engouffrer dans un conflit qui laissera un goût amer aux deux partenaires. Prenez la résolution de stopper le plus vite possible ce genre de dialogue où chacun n'a qu'une seule idée : argumenter. Dites simplement à votre partenaire "On en reparlera plus tard parce qu'en ce moment, rien de bon ne va sortir de notre discussion. Tu es d'accord ?"

Reprenez la discussion ensuite en partant du principe d'écouter l'autre et de rechercher la satisfaction de l'importance de chacun.

4. Réaffirmer votre engagement à aimer pour le meilleur et le pire

Cet engagement que les partenaires s'échangent au moment du mariage pourrait être renouveler chaque année. Pourquoi ne pas profiter de ce début de l'année pour le renouveler autour d'une activité commune qui ne pourra qu'augmenter votre intimité psychologique, toujours nécessaire à toute intimité physique.

5. Respecter l'autre

Voici un point essentiel, base de toute durabilité d'une relation : le respect. Pourquoi pas vous engager à ne pas oublier les petits mots gentils de politesse que l'on adresse parfois plus facilement à son voisin qu'à son partenaire : merci, s'il te plait, excuse-moi, je suis désolé(e), bonjour, bonsoir, comment vas-tu ?, à bientôt...

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 15:19

Préambule

J'ai beaucoup hésité sur le titre de cet article. Fallait-il que je dise " stratégie pour récupérer son ex" ou " comment renouer la relation rompue".

"Récupérer" fait, pour moi, beaucoup trop penser à un objet et "stratégie" à manipulation militaire. C'est pourquoi j'ai préféré le titre plus doux de " comment renouer la relation rompue" qui dit sans doute la même chose, mais le dit avec plus de respect il me semble.

Sur la Toile, immense bibliothèque à ciel ouvert, on trouve quelques méthodes, beaucoup de conseils.

Ici, ce n'est pas vraiment une méthode que je vais donner parce que si nous sommes tous identiques, nous sommes tous uniques et que l'être que vous aimez qui vient de claquer la porte est encore plus unique que le plus unique des êtres : c'est celui que vous aimez.

Non, je vais essayer de vous donner des conseils, de parler des pièges à éviter que vous devrez mettre au goût de votre unicité.

 

Comment récupérer son ex

La situation

La situation à laquelle je fais référence est celle où l'un des deux partenaires vient de dire à l'autre : je te quitte.

Situation 1

Cela fait plusieurs années que vous vivez ensemble. Tout se passait comme un long fleuve tranquille, trop tranquille. L'autre vous répétait que vous deviez faire ci, pas faire ça, mais bon, tout était presque bien dans un monde presque parfait. Et vous avez continué à faire ce qu'on vous demandait de ne pas faire et à ne pas faire ce qu'on vous demandait de faire.

Mais la crise couvait. Vous l'avez vraiment pas vu venir.. Enfin, vous n'avez pas cru qu'elle viendrait un jour parce qu'on pense toujours que demain sera meilleur qu'aujourd'hui. Et là, brusque réalité. C'est l'explosion. On vous quitte.

Situation 2

Le plus souvent, la crise énorme arrive parce que l'autre découvre quelque chose que vous tentiez de cacher de toutes vos forces en mettant cette chose dans la poche avec un mouchoir par-dessus, genre autruche dans le désert qui cache sa tête tout en montrant son derrière.

L'autre découvre tout ou presque tout et vous somme de tout dire en vous menaçant ou non de vous quitter.

Le calme

La première réaction à avoir c'est d'écouter, complètement écouter.

L'autre est sous le coup d'une vaste colère. Il ne faut donc pas réagir, tenter quoi que ce soit. Votre position serait trop facilement la justification ou l'agressivité puisque vous êtes agressé(e).

Il faut que l'autre gère seul(e) sa colère, tout en se sachant écouté(e).

Autrement dit, vous êtes malheureux(se), vous prenez conscience des dégâts causés.

Mais si vous êtes dans la situation 2, attention, et là c'est un vrai conseil que je vous donne : dites la vérité, presque toute la vérité.

Je précise "presque toute la vérité" parce que certains détails et surtout les détails sexuels doivent être parcimonieusement dits.

Il y a une différence à répondre à cette question : "tu as couché avec lui (elle) ?" qu'à cette question "tu lui as fait une fellation (elle t'a fait une fellation) ?

De toute façon, si les questions de ce genre commencent, sachez que c'est un puits sans fond pour celui qui les pose. Il faut donc jongler entre dire tout et cacher ce qui deviendrait "sordide".

Dans cette situation, faites vous vraiment humble. Votre faute est immense et n'a rien à voir avec les causes de la faute.

Loin des yeux, loin du coeur

C'est ce que je lis sur les différents conseils et dans les différentes méthodes qui trainent ici et là : ne dites rien, laissez le silence s'installer, faites le mort pour quelques temps. Mais je ne suis pas vraiment d'accord. Je pense sincèrement que l'adage "loin des yeux, loin du coeur" est particulièrement vrai.

L'autre est parti(e) et celui qui est parti (ou celle qui est partie) souffre et souffre vraiment. On ne peut pas se laisser souffrir, sauf à entrer en dépression. La seule solution est de se rééquilibrer cognitivement et donc d'essayer de "passer à autre chose".

Si vous n'êtes pas présent, l'autre passera à autre chose en commençant à vous oublier. Il faut donc jouer entre présence et absence sans jamais aller dans le silence ni dans le harcèlement.

Autrement dit, c'est un peu comme ce que demande le renard au Petit Prince :

- On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !
- Que faut-il faire ? dit le petit prince.
- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près...

Le lendemain revint le petit prince.
· Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l'après-midi, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquiéterai; je découvrirai le prix du bonheur! Mais si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le coeur... Il faut des rites.

Ce qu'il est préférable de faire

- Soyez présent discrètement soit quotidiennement soit moins souvent

- Parlez de vous, de la façon dont vous vous sentez, des émotions que vous traversez.

- Parlez de ce que vous faites pour modifier le ou les comportements qui vous sont reprochés

- Parlez de votre inconscience du passé et de la façon dont vous prenez conscience aujourd'hui

- Prenez doucement connaissance de l'autre en lui posant une ou deux questions sur qu'il (elle) pense.

- Commencez doucement un pas vers le futur : j'aimerais tant te voir. Qu'en penses-tu ? Un petit café ?

- Utilisez ce que l'autre a particulièrement aimé chez vous : l'humour, la gentillesse ... sans choisir une qualité qui pourrait nuire à l'estime de soi (de l'autre).

Autrement dit, faites part de votre cheminement intérieur pour que l'autre voit comment vous progressez. Ouvrez-vous pour que l'autre s'ouvre.

Ce qu'il est préférable de ne pas faire

- Ne pas respecter la volonté de l'autre. Si l'autre dit, ne me téléphone pas. Alors on ne téléphone pas, mais on écrit... Quand toute communication est interdite (courriels, textos, lettres, téléphone, face à face...), essayez le cadeau.

- Évitez les formules du genre "j'espère que tu vas bien" "J'ai changé" "pardonne moi"

- Supprimez les pensées que vous pensez que l'autre a. Non, vous ne pouvez absolument pas penser à la place de l'autre, parce que l'autre traverse une expérience unique.

- Oubliez les références au passé. Pour l'instant, c'est l'autre qui se dépatouille avec le passé. Vous vous représentez le futur.

La réconciliation

Si vous parvenez à avoir quelques rendez-vous en face à face, ce sont les premiers pas de la réconciliation.  Les premiers pas, mais le début de bien d'autres  !

Un seul conseil encore : écoutez, écoutez, écoutez.

C'est l'autre qui va vous dire quand il ou elle sera prêt(e) à essayer quelque chose. Et là c'est le début d'une autre grande aventure : la construction d'un couple nouveau qu'il faut bâtir sur des fondements solides, en ouvrant tous les "dossiers" du passé. C'est à ce moment-là seulement que vous pourrez enfin parler à égalité. Mais vous aurez appris certainement les plus belles qualités du couple : le respect et l'humilité.

Cela ne se fait pas sans souffrance mais pas non plus sans immenses joies.

À ce stade, mieux vaut penser à s'adresser à un professionnel du couple qui vous guidera pour aplanir les différents, qui vous permettra de ranger les dossiers dans les valises de votre expérience de couple

 

NB : Les commentaires sont modérés et n'apparaissent qu'après mon approbation.

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 14:36

Qu'est ce qu'une pause dans une relation ?

Quand le couple traverse une crise majeure, souvent due à de nombreux points laissés en non-dits entre eux, la question d'une pause, d'une séparation provisoire se pose parfois.

 

Couple : faire un break

 

Cela permet d'éviter les conflits permanents tout en retraçant un chemin de relation viable.

Faire une pause est difficile parce qu'elle doit obéir à certaines règles qu'il est nécessaire de respecter. Ce n'est pas "on va vivre 6 mois séparément et on va voir si on s'aime toujours".

Faire une pause est difficile parce que la différence entre une séparation temporaire et une séparation définitive est très ténue.

L'amour n'est pas magique. C'est un travail quotidien sur le "je" et sur le "nous".

Une pause n'est pas une solution miracle. Une pause c'est un travail sur le "je" et sur le "nous". Une pause est un engagement à essayer quelque chose dans le sens d'une réconciliation.

Si déjà cet engagement ne peut pas se prendre, alors autant ne pas commencer une pause, mais penser soit à une thérapie de couple profonde soit à une séparation.

Il ne faut pas se mentir.

Un pause réussie est une aventure qui peut vraiment valoir le coup.

Voici donc une démarche de travail pour une pause qui aura toutes les chances de réussir à retrouver le chemin d'une relation.

Démarche pour une pause réussie

1. Pourquoi ?

C'est la première chose à définir entre vous. Pourquoi avez vous envie et besoin de faire une pause ?

La réponse de chacun n'est pas forcément la même (a priori). Vous devez aller chacun au fond de la question pour trouver ce qui va faire votre unanimité. Et souvent, pour aller au fond de la question, il est nécessaire de poser 3 fois la question "Pourquoi"

Exemple 1

- Parce qu'on se dispute

- Parce qu'on ne sait pas se parler

- Parce qu'on ne s'écoute pas

Exemple 2

- Parce que je ne le supporte plus

- Parce qu'il m'énerve

- Parce que j'ai l'impression d'étouffer

Une fois défini le vrai "pourquoi" (même si les "pourquoi" sont différents), on passe à la deuxième réflexion.

2. Pour quel objectif ?

Vous devez avoir un ou deux buts pour cette pause. De la même façon que vous vous êtes posé la question "pourquoi", vous allez au fond de la question.

Finissez autant de fois que vous le souhaitez la phrase "Après la pause, j'aimerais..."

Au début de votre recherche, le but va peut-être sembler anecdotique "j'aimerais que tu ne jettes plus tes vêtements n'importe où" ou trop généraliste "j'aimerais que tu me fasses confiance" ou trop inaccessible "j'aimerais que tu travailles moins"

Mais ce n'est pas grave. Continuez à fouiller ce que vous voudriez et déterminez ensuite le ou les 2 objectifs essentiels.

Il faut une piste de travail sérieuse et réaliste. Cette piste vous allez ensuite la soumettre à votre partenaire qui doit chercher à comprendre ce que vous voulez. Chercher à comprendre veut dire ne rien laisser dans l'imprécision, tout en ne cherchant pas à se justifier.

Exemple :

Partenaire 1 - Après la pause, j'aimerais que tu arrives à m'écouter

Partenaire 2 - Après la pause, j'aimerais que tu me parles plus de toi et qu'on ait plus d'activités en commun

C'est une partie très difficile parce qu'un couple qui décide une pause est justement un couple qui n'a plus très envie de se parler et d'aller au fond des choses, chacun pensant que tout a été essayé.

Le mieux est évidemment de se faire aider pour cette phase par un tiers professionnel ou non.

3. Votre objectif personnel

Voilà encore une question sur laquelle vous devez vous pencher sérieusement. Pourquoi, personnellement voulez vous cette pause ?

Pour vous retrouver ? Cela veut quoi se retrouver ?

Pour avoir du temps pour vous ? Et qu'allez vous en faire de ce temps ?

Là encore, faites un travail de fond. Une véritable introspection vers vos besoins, vos envies, vos désirs. Votre réponse doit être précise et réaliste.

4. Les règles

Vous allez mettre en place des règles. Les mettre en commun et non les imposer à l'autre. Il faut arriver à un compromis.

Cela va énormément dépendre des modalités pratiques de la pause. Ces règles vont être très différentes d'un couple à l'autre. Mais sans règles vous allez tout droit à la séparation définitive.

Sans ou avec sexualité ? Sans ou avec contacts téléphoniques ? Combien de fois par semaine allez vous vous voir ? Quel jour de la semaine ? Où ? Pouvez vous allez chez l'autre ? Pouvez vous téléphoner n'importe quand ?

Il faut tout aborder car il faut tout borner.

5. Dater

Votre pause ne peut pas avoir de temps indéfini. Il faut, par respect pour vous et pour votre partenaire, vous mettre une date butoir.

Cette date sera l'occasion d'examiner la situation, de voir si vous continuez le break ou si vous reprenez une vie commune.

Si la pause se poursuit, alors vous devez vous reposer les mêmes questions : pourquoi ? dans quel but ? comment ?

Communiquer

Sans communication, la pause ira immanquablement vers la rupture. Le type de communication, le moyen, le moment est à programmer ensemble.

Au moins une à deux fois par semaine, même pour une communication de 5 minutes.

Communiquez régulièrement, périodiquement.

N'oubliez pas l'adage "Loin des yeux, loin du coeur"

6. Prenez du recul

Maintenant que le pourquoi a été défini, que vous savez ce que vous pensez vouloir vous même, que les règles du break ont été posées, que la communication est mise en place, pensez à vous.

Travaillez sur votre développement personnel. Pourquoi en être là ? Comment cela est il arrivé ?

Autrement dit, il est temps de regarder votre nombril après avoir tant défini ce que vous vouliez pour l'autre.

C'est une question de respect de soi, indispensable au respect de l'autre.

7. Respecter la pause

Là encore, attention, c'est la règle principale. Une pause est une tentative pour reprendre une vie commune à moyen terme. N'ayez pas d'activités qui ruineraient votre relation.

Si par hasard, au cours de cette pause, vous sentez que votre coeur s'en va ailleurs, soyez le plus honnête possible avec votre partenaire.

Conclusion sur la pause dans une relation de couple

On dit que 10% des couples qui se sont séparés se reforment.

On dit aussi qu'un tiers des rapprochements réussissent sur le long terme.

Autrement dit, réussir une pause est encore plus difficile que réussir une union. Mais c'est réalisable. Encore faut il s'en donner les moyens.

Si vous y pensez, tentez de vous faire aider. Les chances de réussite sont plus grandes, sans pour autant vous garantir le succès.

 

NB : Les commentaires sont modérés et n'apparaissent qu'après mon approbation.

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 17:50

On pourrait dire que l'amour est l'amour et qu'importe comment et où on le trouve.

Si on parle de durabilité d'un couple, c'est pratiquement vrai. Mais quand on parle de rencontre, c'est un peu différent.

Pour rendre un couple durable, ce n'est pas la rencontre qui est essentielle mais  l'attention des partenaires à favoriser la communication, préserver le respect et encourager la complicité, c'est à dire la faculté des partenaires à rester attentifs aux principes de base de la durabilité d'un couple. (cf mon article sur les principes de réussite du couple)

Toute fois, ce qui m'intéresse aujourd'hui n'est pas ce travail dans le couple, mais la rencontre proprement dite et en particulier, la rencontre via les sites de rencontres sur Internet.

Des milliers de personnes aujourd'hui s'inscrivent sur des sites de rencontres. Certains rencontrent l'amour, d'autres connaissent de vraies escapades sentimentales et d'autres encore ne conservent que l'espoir de la chance.

Néanmoins, les sites de rencontres se multiplient. Il y a les sites généralistes, comme Meetic ou Match, les sites par affinités, comme Parship ou Darling et les sites ciblés selon la religion, l'orientation sexuelle ou le but passager de la relation... 

Ces sites ont tendance à faire croire que la rencontre par Internet est plus qu'un autre moyen de rencontrer son partenaire pour la vie parce qu'il y aurait plus de couples heureux qu'avec un autre moyen. 

Or, rien ne met à l'abri un couple de l'échec de celui-ci.  Entre une rencontre en ligne et une rencontre en face à face, former un couple est tout aussi imprévisible et tout aussi exigeant. La rencontre en ligne n'est absolument pas la garanti de pouvoir former un couple durable.

La rencontre via Internet n'est pas un autre moyen de rencontrer quelqu'un mais un moyen différent.

Comment ce moyen diffère-t-il d'un moyen "ordinaire" ?

La plus grande différence est que dès l'inscription, on peut  visualiser un grand nombre de partenaires potentiels, nombre bien plus grand que ce que l'on aurait pu voir autrement et donc rencontrer. 

L'autre grande différence est que cela permet effectivement à certaines personnes de faire des rencontres. Qu'on vienne d'emménager dans une ville sans avoir encore un réseau d'amis, qu'on soit très engagé dans une activité ou une occupation, sans pouvoir prendre le temps de multiplier les lieux ordinaires de rencontres, les sites de rencontres sont de vrais opportunités intéressantes.. 

Ces deux différences sont en soi, deux avantages, ce qui n'est pas le cas, des deux autres différences suivantes :  

La troisème différence peut avoir un effet pervers. Tout inscrit a un profil, profil bien sur qui n'existe absolument pas dans les rencontres en face à face. Aucun profil aussi bien renseigné soit il ne permet de dire si la personne qui se décrit peut effectivement nous convenir parce que ce qui est écrit n'est que subjectif et que nous mêmes nous ne sommes pas toujours capables de savoir ce que l'on recherche. On pense souvent à tort que l'on prend des décisions éclairées. C'est un de nos plus gros mensonges envers nous mêmes.  

Devant la multitudes de profils, on peut avoir un mal fou à prendre des décisions et  perdre 20 heures à parcourir les profils sans parvenir à concrétiser quoique ce soit. 

Certains sites ont alors opté pour n'offrir qu'une poignée de personnes. Ce sont les sites de rencontres par affinités qui ont mis au point un algorithme mathématique permettant l'appariement sophistiqué de célibataires compatibles. Or en dehors du fait que ces algorithmes n'ont pas été vérifié scientifiquement, ils ne peuvent se targuer d'offrir une compatibilité à long terme. 

J'ai eu à mon cabinet un couple qui s'était rencontré sur Internet sur un site de rencontres par affinités après avoir été donné compatible à 98%. Après deux ans de mariage, ils constataient qu'ils ne parvenaient plus à être heureux, qu'ils n'arrivaient plus à communiquer correctement et donc à se comprendre. 

Ils m'ont dit qu'ils avaient surtout recherché chez l'autre la complicité. Mais quand je leur ai demandé comment ils définissaient la complicité dans le couple, force était de constater qu'ils n'avaient pas la même définition, donc pas les mêmes attentes. Et comme sur leur profil, le mot complicité était bien mis en avant, ils n'ont jamais pensé à chercher à prendre connaissance de l'autre sur cette notion. 

On ne peut pas dire que ce qui fonctionne dans le couple est d'avoir une très bonne compatibilité. Deux personnes qui se ressemblent ne vont pas forcément s'aimer toute la vie (et inversement). Ce qui est important est ce que va mettre en place le couple pour traverser les épreuves de la vie : le chômage, le deuil... Autrement dit, ce qui importe surtout c'est la manière de mettre en place l'interaction. Il faut savoir prendre connaissance de l'autre, l'écouter et chercher l'équilibre dans les notions que l'on ne partage pas ou dans les défauts qui sont difficiles à accepter.

Le respect des deux "je" est la garantie du "nous". 

Ainsi, la très grande différence que l'on peut trouver entre une rencontre par Internet et une rencontre en face à face est qu'une fois le profil défini, la quête de la connaissance de l'autre n'est absolument terminée. Je dirais même qu'elle commence encore plus fortement que lors d'une rencontre landa en face à face. 

Quelques conseils pour la rencontre via les sites de rencontres

 1. Ne pas perdre de temps pour rencontrer l'autre en face à face

On peut échanger quelques courriels rapides puis prendre le temps de se parler au téléphone avant de se rencontrer réellement en face à face, dans le lieu qui convient et selon les désirs de chacun.

Converser en ligne ou au téléphone peut augmenter notre besoin d'espoir et nous aveugler sur les réelles possibilités

2. Discuter rapidement des points essentiels de la vie

Si tout semble correspondre à ce que l'on cherche, il ne faut pas hésiter à avoir une conversation très formelle sur nos besoins et nos valeurs.

Ne pas oublier que c'est dans les moments où tout va bien qu'il est plus facile d'aborder les points les plus délicats.

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 17:56

Le concept de thérapie de couple existe depuis une quarantaine d'années. Aujourd'hui, pour traiter la relation dans le couple, il y a plusieurs modèles.

Or, récemment, un groupe de chercheurs issus de la plus grande institution de recherche mondiale, l'Université de Califormie à Los Angeles (UCLA), ont effectué une enquête sur l'efficacité de ces différents modèles. Ils ont conclu que si le thérapeute respecte 5 principes, quelque soit l'approche utilisée, alors des changements positifs peuvent être apportés à la relation de couple. 

J'ai eu alors le plaisir de lire que les 5 principes cités étaient effectivement les principes de base de mon travail avec les couples. Je vais alors les citer et décrire ma façon de procéder pour les appliquer.

Therapie-de-couple.jpg

1. Modifier la vision de la relation 

Au cours des séances successives, j'aide à prendre de conscience de la nécessité de s'éloigner du jeu des blâmes. En utilisant les reproches, c'est à dire très souvent les phrases qui commencent par "tu", on ne fait qu'instaurer un climat de rejet et d'agressivité. Il est très rare qu'une personne réponde "Mais oui, tu as raison" à un reproche du genre "tu ne fais jamais attention à moi". 

Au cours des entretiens, j'observe la façon dont les partenaires dialoguent entre eux et interagissent l'un avec l'autre. J'analyse la forme du discours et je la restitue au couple en précisant tout ce qui peut être constructif et non destructeur dans la façon de formuler les phrases. 

2. Changer les interactions dysfonctionnelles. 

L'observation est alors non plus langagière mais comportementale. Il est parfois nécessaire que certains couples changent leur façon de se comporter l'un envers l'autre. 

Dans la vie courante, on rencontre parfois ce genre de couple qui ne parvient pas à se respecter l'un et l'autre. Un couple doit être face aux autres, un couple uni quelque soit la crise qu'il traverse. Aucune désapprobation, aucune remontrance, aucune remarque désobligeante ne peuvent être dites en public, c'est à dire devant les amis, les connaissances ou la famille. 

Un couple peut être en crise, mais cette crise ne doit pas déborder du cadre intime. On peut dire aux autres que le couple ne va pas bien en ce moment, mais on ne peut pas prendre à témoin les autres de ce que l'on reproche à l'autre. 

Le respect de l'autre est à la base de la longévité du couple et ce respect commence tout simplement dans les formules de politesse "merci" "s'il te plaît" et dans les "bonjour" "bonne nuit"... 

3. Accroître la communication émotionnelle

Je rencontre souvent des couples qui ne parviennent pas à partager ce qu'ils pensent, à partager leurs émotions ou même leurs sentiments. Tandis que certains couples fonctionnent parfaitement bien sans communication affective, il est nécessaire d'apprendre à exprimer ce qu'il y a au plus profond de soi quand le couple vient me consulter pour reconstruire une intimité déficiente et / ou restaurer la satisfaction de la relation. 

Certains couples sont en total déséquilibre sur ce plan. L'un des deux s'exprime très facilement tandis que l'autre ne parvient pas à dire ce qu'il ressent. Il faut alors retrouver un équilibre et celui qui sait doit aider l'autre à dire car celui qui se tait n'a parfois pas conscience qu'il pourrait avoir à dire quelque chose à certains moments. 

Au cours des entretiens j'aide ainsi les partenaires à équilibrer leur communication affective. 

Il m'arrive souvent de conseiller d'éviter de parler quand on est en colère parce que celui qui est en colère connaît si bien l'autre qu'il lui est très facile de faire mal. Il vaut mieux alors juste dire "je suis en colère, je te parle après" que se lancer dans un monologue qui ne pourra qu'être blessant et donc destructeur. 

4. Améliorer la communication 

Ce principe est crucial pour l'équilibre des partenaires et la construction du nous dans une recherche perpétuelle de complicité. C'est un principe essentiel qui s'appuie sur les principes 2 et 3. 

Une communication saine va plus loin que l'élimination des comportements préjudiciables, comme l'irrespect, la dévalorisation de l'autre. Plus loin également que l'expression des sentiments et des émotions. 

Là il y a de multiples stratégies de communication à mettre en place selon l'histoire du couple. Tout couple est différent même si tout couple est identique. Chaque couple a adopté une façon bien à lui de communiquer. Certaines stratégies sont excellentes, d'autres le sont nettement moins. C'est donc au cours des entretiens que j'interviens pour exploiter le meilleur des partenaires et leur apprendre à communiquer de manière positive. 

Pour résumer, voici quelques principes

- L'essentiel n'est pas d'argumenter mais d'écouter. 

- Pour ne pas interpréter ce que dit l'autre, on reformule ce qui vient d'être dit

- Pour ne pas penser à la place de l'autre, on pose des questions. 

5. S'appuyer sur les points de force

Bien sur, au cours des entretiens, je mets l'accent sur l'amélioration des zones de difficultés de la relation, mais je souligne aussi les points forts pour renforcer la résilience. en me concentrant sur les aspects positifs de la relation, je sais que je ne fais qu'augmenter la satisfaction globale. 

Conclusion 

La recherche menée par les psychologues de l'UCLA montrent bien que tout approche de thérapie de couple est efficace si elle aide bien à trouver du réconfort, à apaiser les tensions. 

Toute relation peut être épanouissante. Mais toute relation se travaille au quotidien. C'est certainement le principe le plus fort que je tente de transmettre à ceux qui viennent me voir. 

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 15:04

Quand on apprend soit par l'aveu direct soit par l'aveu indirect, l'aventure extra-conjugale de son partenaire, le monde semble s'écrouler sous nos pieds et la douleur de la trahison est parfois si violente qu'elle se manifeste physiquement. 

Les couples qui viennent alors me consulter ont fait le premier pas essentiel vers la mise à plat cet accident de vie. Je leur prodigue alors quelques conseils que je tiens à partager ici. 

cles.jpg

1. Dire tout, oui, mais... 

C'est évident que celui qui a trahi la confiance de l'autre se doit de dire toute la vérité. Même celle qui fait mal, très mal. Celui qui a été trahi entre très souvent dans une escalade de questions qui n'aura jamais de fin. Aucun récit n'apaisera la souffrance, aucune promesse n'atténuera le sentiment de trahison. C'est donc vain de poursuivre inutilement. 

Le déséquilibre entre les partenaires est alors très fort. La souffrance de l'un est différente de la souffrance de l'autre. Mais chacun souffre et cette souffrance doit être reconnue par celui qui a trahi comme par celui qui est trahi. 

Celui qui a trahi doit pouvoir montrer que l'histoire est finie. Celui qui a été trahi doit pouvoir cesser toutes les questions qui ne font qu'enrichir la souffrance. Le tiers de cette histoire ne doit plus apparaître au milieu du couple. C'est à dire que son nom doit être effacé de toutes les entrées des listes de contact et également effacé de toutes les communications du couple. 

Le couple doit se recentrer sur le couple. 

2. Objectiver la situation du passé

L'étape suivante qui marque le chemin de la "reconstruction" du respect mutuel après une aventure extra-conjugale est celle qui consiste à ouvrir la communication sur les ressentis qui ont précédés l'accident de vie. Chaque partenaire doit retrouver ce qu'il pensait, comment il pensait. On doit pouvoir dire ce qui faisait souffrance avant, autant celui qui a trahi que celui qui a été trahi. 

Cela revient sans doute à chercher le pourquoi. Mais pas n'importe lequel pourquoi. Le pourquoi du couple et non le pourquoi de chaque partenaire. 

Le blâme, le reproche doivent être oubliés. Ce n'est pas un procès que l'on fait mais une aventure à deux que l'on reprend, là où elle s'est arrêtée. 

C'est le travail sur le couple le plus difficile car ce qui est essentiel n'est pas de se faire comprendre mais de comprendre l'autre. Et pour comprendre l'autre, il faut l'écouter, donc l'interroger. 

- Comment tu pensais que je pensais à ce moment là ? Que croyais tu sur moi ?

- Qu'est ce qui était difficile pour toi ? 

3. Retrouver le respect

Le respect est le fondement de la confiance. Or, la confiance après cet accident de vie est, pour celui qui a été trahi, une mission presque impossible, une montagne inatteignable. En travaillant sur le respect, l'aspect du travail semble plus réalisable et réaliste.

Or, pour retrouver le respect de l'autre, il faut retrouver son propre respect, c'est à dire travailler également sur l'estime de soi.

Une des façons de travailler le respect est de retrouver toutes les raisons qui vous ont unies un jour. Et cette communication doit se jouer par question - réponse et non affirmation de ce que l'on est. On cherche l'autre pour se trouver soi. 

- Pourquoi es tu fier(e) de moi ? 

Encore une fois, le primordial est l'écoute de l'autre. 

Il est évident que dans une aventure extra-conjugale, les deux partenaires ont évolué souvent côte à côte et non main dans la main. C'est ce chemin commun qu'il est nécessaire de restaurer. 

Mais attention, un chemin commun n'est pas un chemin identique. Un chemin commun est un chemin qui respecte les différences de chacun, accepte les importances différentes de chacun parce que chacun a reconnu la différence de l'autre. 

C'est vrai que se faire conseiller et suivre par un professionnel dans ce cas, est beaucoup plus facile et peut être moins long. Seulement, cette décision ne peut être que commune. 

 

NB : Les commentaires sont modérés et n'apparaissent qu'après mon approbation.

Repost 0
Mary Gohin - dans Couples

Présentation

Mary Gohin

Psychologue, Hypnothérapeute

 

25 rue du Brûlet, Sainte Foy lès Lyon 69110

(lundi, vendredi et samedi)

ou

Route de Dième, Valsonne 69170

(mardi, mercredi et jeudi)

ou

par Webcam (Skype, Gmail ou Facetime)

 

04 74 05 13 79

06 42 68 63 83

Contact

Site

Recherche

Renseignements

Thérapie individuelle ou thérapie de couple

TCC

Hypnose

Psychogénéalogie

 

Catégories