Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 09:31

 

Il y a quelques semaines, j'ai fait une formation reliant deux de mes formations : l'hypnose ericksonienne et la psychogénéalogie. On nous a proposé d'apprendre à construire l'arbre de vie pour ensuite l'utiliser en hypnose.

Qu'est ce qu'un arbre de vie ?

L'arbre de vie est très différent d'un arbre généalogique. En généalogie, on cherche à retrouver ses ancêtres et on remonte la chaine familiale aussi loin que l'on peut.

L'arbre de vie peut ressembler à un génogramme, cet outil de la psychogénéalogie.  En traçant le génogramme ou l'arbre de vie, on construit de mémoire ce que l'on connait sur deux ou trois générations ascendantes et sur ce qui existe en descendants.

Le génogramme

Le but du génogramme est  de dire ce que l'on ne dit pas, ce que l'on ne nous a pas dit, pour sortir des répétitions, pour donner du sens à ce que nous avons reçu et que nous donnons.

L'arbre de vie

L'intérêt de l'arbre de vie est essentiellement un intérêt de place et de position. On va construire son arbre pour se placer à sa juste position avec des liens derrière nous (nos ascendants) et des liens devant nous (nos descendants).

 

On construit l'arbre pour prendre conscience des distances entre les générations afin de les respecter. Respecter c'est leur donner du poids. Si nos ascendants n'ont pas de poids, ils ne sont pas "passeurs" et on porte alors le poids qui leur manque.

On n'est pas tenu de les aimer mais on est tenu de les respecter en leur donnant une densité d'être, une histoire qui n'est qu'à eux. Le respect marque la différence entre les générations.

L'arbre de vie va ouvrir les distances. Respecter un parent violent ou abuseur c'est lui rendre son histoire pour que ce soit lui qui s'en arrange et non nous. C'est donner du poids au parent qu'il n'a pas pu être et alors, on peut donc quitter la vengeance ou la honte. En lui donnant du poids pour lui, on cesse d'avoir le poids qu'il nous donne et que l'on lui a pris.

L'arbre de vie va rendre à chacun son histoire de façon à prendre la nôtre.

Comment construire son arbre de vie ?

 

Voici un exemple (complètement inventé) qui permet de voir ce que peut être un arbre de vie :

Comme sur le génogramme, on indique deux générations ascendantes et les générations descendantes en indiquant les prénoms et en distanguant les vivants et les morts.

Mais l'arbre de vie est un peu différent du génogramme. Sur l'arbre on ne va indiquer que ce qui, pour nous, est essentiel puisque l'intérêt est la place et la position que l'on occupe qui sera travailler en hypnose.

On indique alors nos liens enrichissants (en vert sur mon exemple) et les liens entravants (en rouge sur mon exemple). On indique autour de soi toutes nos ressources (comme sur mon exemple autour de la personne sans nom).

L'arbre de vie, tel que l'on l'a tracé est celui dont nous avons conscience. L'hypnose va permettre de mieux comprendre ce qu'il se passe inconsciemment.

L'arbre de vie en hypnose

L'hypnose va permettre de rendre à chacun ce qui l'ui appartient. On va placer autour de nous après voir placé nos ressources, notre famille, génération par génération en les plaçant à la place que nous leur donnons, à la place que les autres ont avec nous, aujourd'hui. Toutefois, on va conserver la place des générations en les mettant ligne par ligne. 

Comme on n'a pas le choix du lien mais que l'on peut moduler la relation, on peut rapprocher de nous une grand mère que l'on aime particulièrement ou éloigner un parent abuseur ou violent.

Dans mon exemple, en hypnose, Gisèle sera plus près de la personne sans nom, comme Pascal. Arlette et Yves seront plus près que Jean et Denise et enfin, Luc sera plus loin que Virginie, même si chaque génération sera placée sur une même ligne.

Une fois l'arbre placé en hypnose, on aura placé dans notre dos, les générations antérieures qui verront notre dos et devant nous la génération qui nous suit que nous verrons de dos. 

Comme en hypnose, notre inconscient est présent, certains liens pourraient se modifier et d'autres se révéler dans un sens positif ou négatif.

On voit alors tout l'intérêt du travail de l'arbre de vie en hypnose : rendre aux autres ce qui ne nous appartient pas, prendre sa vraie place dans sa famille, prendre conscience du poids de chacun par rapport à nous.

 

La construction de l'arbre de vie et le travail qui suit en hypnose nous permet de reprendre la responsabilité de notre propre devenir car au lieu de porter l'histoire de notre famille on se fait porter par elle.

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Hypnose
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 13:16

 

Suite à mes deux articles sur l'hypnose ericksonienne concernant la définition de cet outil thérapeutique (article 1, article 2), voici un article sur le déroulement des séances tel que je le pratique.

La première séance

C'est une séance très importante, tant pour moi, psychologue, que pour la personne qui vient consulter. Cette première séance permet de définir la problématique d'une part et d'expliciter au mieux l'hypnose et le travail qui pourrait se faire à travers les séances suivantes.

Comme l'hypnose ericksonienne a un but thérapeutique, il est nécessaire de définir l'objectif ou les objectifs de façon générale ou à chaque séance ensuite selon le vécu entre les séances.

Et comme l'hypnose ericksonienne est à la base, un outil entièrement personnalisable et personnalisée, il est nécessaire que ce premier entretien soit informatif. Informatif pour moi, thérapeute et informatif pour la personne qui vient me voir.

La séance suivante

Le travail hypnotique commence le plus souvent doucement. C'est à dire qu'il s'agit, au cours de cette première hypnose de découvrir ce qu'est une transe. Je guide alors la personne vers quelque chose de paisible et tranquille.

Au sortir de la transe, la personne raconte ce qu'elle souhaite raconter. Moi j'ai guidé et uniquement guidé mais celui qui est en transe suit essentiellement ce qu'il souhaite suivre, ce que son inconscient souhaite écouter ou non.

Il m'est arrivé de guider une personne dans un paysage de campagne, décrivant ce que la personne elle même m'avait dit aimé : le silence, la nature, les couleurs des arbres. Au sortir de la transe, la personne m'a raconté qu'elle se promenait au bord d'une falaise, avec la mer d'un côté et la lande de l'autre. Le meuglement d'une vache au loin s'est transformé en cris de mouettes, le bruit d'un tracteur en bruit des vagues. Mais la personne n'a nullement été gênée par ma description car tout est suggéré et c'est toujours l'inconscient de celui qui est en transe qui prend les éléments du récit comme il veut les prendre.

Les séances suivantes

Commence alors le travail hypnotique proprement dit. Il y a toujours avant la transe un temps de parole qui permet l'expression de soi. Puis je propose la poursuite du travail en expliquant ce que je compte faire voir et pour quelle raison je pense le faire.

Au fur et à mesure des séances, j'apprends à la personne l'auto-hypnose afin de la rendre autonome et de lui donner cet outil pour le futur.

En hypnose, le travail se fait autant pendant les séances que pendant le temps entre les séances. Souvent, les personnes me rapportent leurs rêves en rapport direct avec ce qu'elles ont vécu en transe.

Une personne avec laquelle je travaillais le lien désastreux et brisé entre elle et sa grand mère maternelle m'a ainsi rapporté un rêve dans lequel sa grand mère expliquait le passé et demandait pardon. Cela a permis à cette petite fille de reprendre contact avec la dite grand mère et de recevoir en direct son explication. Même si cette explication n'était pas tout à fait celle vécue en rêve, et si le lien ne s'est pas recréé, la personne s'est sentie apaisée et a pu "ranger" ces souvenirs dans la boite de l'expérience de l'enfance.

D'une personne à l'autre

Comme je l'ai dit, l'hypnose ericksonienne est entièrement personnalisée. Personne ne vit les mêmes transes. Ce que je dis n'est non plus jamais identique. Il y a des personnes plus ou moins réceptives, et d'une séance à l'autre, la réceptivité peut changer pour une même personne. Et je terminerai cette explication sur les séances par le maitre mot de tout ce que je dis ; "et c'est bien comme ça... "

 

 

 

 

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Hypnose
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 09:17

 

Depuis que j'utilise l'hypnose ericksonienne (voir mon premier article), je ne peux que constater l'excellence de cet outil thérapeutique. C'est une technique ajoutée aux TCC qui forment maintenant la base de ma stratégie de traitement.

 

 

Son utilisation m'a permis de comprendre que l'hypnose est une véritable cible de concentration. Elle permet à la personne hypnotisée de traiter l'information d'une façon différente. C'est un outil très efficace qui est intégré dans les techniques comportementales et cognitives pour traiter beaucoup de troubles différents.

L'hypnose permet au patient de se concentrer sur ce qui pourrait être modifié en lui pour acquérir un comportement, des pensées ou des émotions en adéquation avec ce qu'il vit. Par exemple, un dentiste qui utilise l'hypnose pour gérer l'anxiété et supprimer la douleur, offre à sa principale compétence un outil pratique pour le patient.

L'hypnose pour quels troubles ?

L'hypnose peut aider les patients qui veulent travailler sur des questions telles que :

- les troubles alimentaires,

- les phobies

- les troubles du sommeil,

- les anxiétés, les peurs, le stress

- les troubles post-traumatiques

- les troubles sexuels,

- les pensées obsessionnelles,

- les douleurs chroniques

Exemples d'utilisation de l'hypnose ericksonienne

Une femme avait été impliquée dans un accident de voiture très violent et souffrait ensuite du syndrome de stress post-traumatique avec des flashbacks qui l'handicapaient dans la vie quotidienne. Dépressive et très agitée, elle avait essayé plusieurs thérapies qui ne lui apportaient pas de solution pérenne. Pendant 4 séances, nous avons pu cheminer dans ses souvenirs afin de mieux comprendre et gérer les émotions et les pensées attachées à l'accident. Je lui ai appris l'auto-hypnose pour qu'elle parvienne à travailler seule sur les images de ses souvenirs. C'est cette concentration ciblée qu'elle a développé au cours de nos séances.

Il y a aussi cette autre femme qui avait entrenait des rapports douloureux avec une de ses grand-mères et qui, avec l'hypnose, a appris à gérer sa colère et à "ranger" son enfance dans un passé apaisant.

L'utilisation de l'hypnose

Les psychologues et les psychiatres peuvent utiliser l'hypnose à des fins thérapeutiques. Mais d'autres disciplines peuvent également faire ce travail aussi bien.

Mais les patients doivent faire attention et se méfier des hypnotiseurs qui utilisent l'hypnose pour le plaisir. L'hypnose a un but et ce n'est pas un divertissement. L'hypnose clinique appelle une formation et une expérience et doit être utilisée par ceux qui sont au courant des pratiques, de ses forces et de ses précautions.

Les débats autour de l'hypnose continuent. Les mécanismes qui rendent l'hypnose efficace est encore peu clairs. Son efficacité repose sur l'expérience clinique.

 

 

 

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Hypnose
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 15:52

Qu'est-ce que l'hypnose ericksonienne ?

 

Quand on entend hypnose, on pense souvent à la forme traditionnelle où un hypnotiseur lance des ordres ou de puissantes suggestions : "dormez maintenant, vos paupières sont de plus en plus lourdes..."

La transe hypnotique existe sous différentes formes dans la vie de tous les jours, mais passe inaperçue. Quand vous lisez un livre et que vous vous rendez compte que vous n'avez absolument pas suivi ce que vous lisiez, quand vous arrivez à un feu rouge et que vous êtes étonné d'être déjà à cet endroit du parcours....

Elle peut parfois être utilisée à des fins de spectacle (hypnose de rue) par des hypnotiseurs ou à des fins thérapeutiques (hypnothérapie) par des psychologues ou par le corps médical, formés à l'hypnose.

L'hypnose ericksonienne est différente de l'hypnose classique (utilisée avant Erickson). Elle est caractérisée par l'utilisation des suggestions indirectes, parfois même pas reconnues par l'esprit conscient car elles sont inclues dans une histoire ou une métaphore : "... et tout en écoutant mon histoire, vos yeux vont peut être se fermer..."

Milton Erickson

Milton Erickson, psychiatre et psychologue, est considéré comme le père de l'hypnothérapie moderne. Sa méthode a énormément influencé la pratique de l'hypnose.

La relation d'Erickson avec l'hypnose est une relation d'abord personnelle puisque, atteint de la poliomyélite à l'âge de 17 ans, l'hypnose lui a permis de dépasser ses limites physiques.

Son intérêt pour l'hypnose est surtout dans sa valeur thérapeutique et, à cette fin, il a adopté une approche unique dont certains éléments clés ont été identifiés, étudiés et affinés après sa mort.

Les éléments de l'hypnose ericksonienne

Le premier de l'hypnose ericksonienne est la flexibilité.

Erickson était extrêmement souple, en adoptant son approche à chaque patient. Parfois, il était direct, autoritaire. Parfois permissif, indirect et apaisant. Tout dépendait de la personne qui venait le consulter.

L'histoire que l'on raconte à ce propos est celle du traitement d'un homme paralysé et incapable de parler à la suite d'un grave accident cérébral. Erickson a tellement insulté ce patient que, choqué, celui-ci s'est levé, a quitté la pièce en disant tout ce qu'il pensait d'Erickson. Les insultes ont été un remède instantané.

Le second élément de l'hypnose ericksonienne est le travail sur le symptôme

Erickson travaillait avec le symptôme pour apporter un changement. Il voyait le problème comme un processus, un moyen inefficace de faire les choses. En changeant le symptôme, son intensité, sa fréquence ou son emplacement, il est possible de changer l'ensemble du motif du problème.

Par exemple, à une personne qui se lavait les mains 50 fois par jour, il proposait de se les laver 100 fois. Le comportement d'une contrainte interne passait à une corvée imposée par l'extérieur. Le comportement devienait alors beaucoup moins convaincant.

Le troisième élément de l'hypnose ericksonienne est l'engagement de l'inconscient

Pour faire bouger le symptôme, Erickson pensait qu'il fallait engager l'inconscient par tous les moyens disponibles. Il croyait vraiment que l'inconscient a toutes les ressources nécessaires pour apporter le remède dans le moment présent. Pour Erickson, il est clair que le langage de l'inconscient porte sur les métaphores, les histoires, les blagues, les jeux de mots et les énigmes. Ce sont comme des messages codés qui permettent de faire un pont entre le conscient et l'inconscient. C'est pourquoi l'hypnose utilise ce langage fait de suggestions, d'images, d'histoires. La personne entre en transe et dirige son attention sur l'intérieur, en quête de sens. Ce langage permet à la personne d'être libre d'interpréter ce qui est dit.

Plutôt que de dire : et maintenant vous êtes plus confiant pour parler à des inconnus"... Erickson dit "vous pouvez trouver de nouvelles façons d'agir pour vous sentir à l'aise parmi un groupe de personnes que vous ne connaissez pas."

Pour Erickson, chaque personne est unique et le traitement thérapeutique est également unique; Il est allé très loin dans sa méthode pour voir le monde du point de vue du patient, pour l'aider à atteindre ses propres objectifs, ses propres solutions, sans jamais imposer ses propres idées.

 

Repost 0
Mary Gohin - dans Hypnose

Présentation

Mary Gohin

Psychologue, Hypnothérapeute

 

25 rue du Brûlet, Sainte Foy lès Lyon 69110

(lundi, vendredi et samedi)

ou

Route de Dième, Valsonne 69170

(mardi, mercredi et jeudi)

ou

par Webcam (Skype, Gmail ou Facetime)

 

04 74 05 13 79

06 42 68 63 83

Contact

Site

Recherche

Renseignements

Thérapie individuelle ou thérapie de couple

TCC

Hypnose

Psychogénéalogie

 

Catégories